Membres du  bureau

Président : Patrice GIRARD retraité du service public de l’emploi

Vice-présidente : Annie QUENET retraitée de l’Education nationale

Trésorier général : Daniel ANGUERA retraité de l’Education nationale

Trésorier général adjoint : Christian LAMY retraité de l’Education nationale

Secrétaire général : Bernard BIER : Enseignant chercheur retraité

Secrétaire général adjoint : Serge CHAMPENIER retraité de l’Education nationale

 

Membres du conseil d’administration

Daniel ANGUERA retraité de l’Education nationale

Claudie BERNARD professeur des écoles

Bernard BIER enseignant chercheur retraité

Pierre-Yves BISSONNIER retraité du secteur médico-social

Franck CARREY Médecin

Serge CHAMPENIER retraité de l’Education nationale

Christian FEVE retraité de l’Education nationale

Patrice GIRARD retraité du service public de l’emploi

Pierre-Charles HARRY cadre associatif

Mickaël HUET cadre associatif

Christian LAMY retraité de l’Education nationale

Yves LAUVERGEAT retraité de l’Education nationale

Sébastien LEDOUX animateur territorial

Eddie MESSAGEON DP salarié de la Ligue de l’enseignement du Cher

Thierry PACHOT retraité EDF

Michel PINGLAUT retraité de l’Education nationale

Annie QUENET retraité de l’Education nationale

Eric VILATTE Cadre bancaire

QUELLE LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT DU CHER EN 2025 ?

La crise économique, sociale et démocratique perdure depuis des années. Les gouvernements de droite et de gauche passent, elle demeure. Conséquence : une société française de plus en plus fracturée, éruptive. Le fossé des inégalités se creuse, la pauvreté grandit, le mal logement s’aggrave, la fracture numérique pèse de manière croissante. Le modèle d’un capitalisme financier débridé à bout de souffle, d’une économie ultra mondialisée, d’une société de surconsommation et de satisfaction immédiate ne saurait répondre à l’urgence écologique. Les revendications de toute nature des minorités, aussi justes que certaines puissent être, prennent la forme de repli identitaire, voire de séparatisme, mettant à mal le fondement universaliste de la nation française et sa laïcité.

La crise ouverte par la pandémie a renforcé cette situation d’inégalités et de tension, en a montré si besoin en était l’ampleur. Mais elle a aussi été un accélérateur de prises de conscience et de changements : les réflexions naissent questionnant les modes de vie, les choix politiques ; les mentalités changent ; certains, dans les nouvelles générations bougent, cherchent de nouveaux modèles de socialisation, de démocratie locale, lancent des micro-projets pour une vie différente, s’organisent ; de nouvelles solidarités émergent.

Si notre département du Cher n’échappe pas à ces tendances nationales, il a ses spécificités : sa ruralité générant l’isolement, d’autant que les services publics tendent à y disparaître, renforçant certaines de ces fractures (sociale, numérique, médicale, de mobilité …). Mais cette ruralité peut être aussi un atout : attirance de nouveaux ruraux pour sa qualité de vie, émergence d’expériences nouvelles de vie collective dans des villages, mise en valeur du patrimoine culturel et foisonnement de nouveaux projets d’artistes et d’habitants, ici et maintenant, etc.

Prenant en compte ce contexte, La Ligue de l’enseignement du Cher-FOL, attachée à une transformation sociale, s’appliquera à répondre aux besoins grandissants, à réduire les fractures, raviver le sentiment d’appartenance à la communauté nationale, à accompagner les élans naissants pour faire autrement, participer aux réflexions, encourager l’action collective et le fait associatif : « REFAIRE SOCIETE » par l’éducation populaire.

Comment ?

C’est l’objet de ce texte d’orientation « Quelle Ligue de l’enseignement du Cher en 2025 ? »

Son défi : maintenir son indépendance, développer sa capacité d’autonomie et d’initiative, alors même que son développement la conduit à être de plus en plus dépendante des politiques et financements publics.

Les quatre orientations, qui suivent, ouvrent des pistes pour dépasser ce paradoxe et affirmer son projet politique.

           

Porter le projet de l’éducation populaire

L’éducation populaire, c’est notre ADN, notre histoire, de mouvement laïque et solidaire.

Mais, le recours à l’éducation populaire ne saurait rester un discours incantatoire, hérité, somme toute inoffensif, aseptisé ou fossilisé, et de surcroît dépourvu de sens pour beaucoup.

Il nous faut réaffirmer son actualité en l’inscrivant à la confluence de deux modèles

– une éducation populaire « à la française » née dans la proximité de « l’instruction publique », visant à l’émancipation individuelle et collective, à la démocratisation culturelle par l’accès au patrimoine, à la création contemporaine, aux cultures populaires (une culture « élitaire pour tous », selon les mots d’Antoine Vitez), et par l’exercice des pratiques culturelles, civiques.

– une éducation populaire davantage dans une logique de conscientisation par l’action collective, sociale, éducative, culturelle, politique visant l’émancipation intellectuelle et politique.

La « Ligue de l’enseignement et de l’éducation permanente », comme elle s’est longtemps définie, se doit d’être présente dans tous les champs de l’éducation : dans la complémentarité avec l’école (éducation formelle), les pratiques culturelles, sportives, citoyennes (éducation non formelle), et dans la reconnaissance, la valorisation des pratiques sociales dans leurs diversités (éducation informelle) ; en favorisant les apprentissages multiples, en les accompagnant, en créant les conditions de leur émergence ou en y contribuant.

Elle doit aussi participer au développement du débat public, condition de la vie citoyenne et démocratique.

Ceci dans tous les temps de notre vie associative, dans les échanges, dans les actes.

S’il y a mille et une raisons de désespérer, il y a aussi des raisons d’espérer à condition de… cesser d’être dans le discours de la nostalgie ou de la déploration. Il nous faut aussi apprendre à identifier, à voir, à valoriser, à développer ce qui s’invente hors de nos codes habituels, de nos catégories de pensées, dans des pratiques innovantes, des effervescences… qui concourent à l’éducation populaire

 

S’affirmer en acte comme un acteur de la transformation politique et sociale

Nous nous sommes toujours revendiqués comme acteurs du débat public, porteurs des principes de solidarité, d’égalité, de démocratisation, d’émancipation… Cela constitue encore le corps de notre discours, sa rhétorique obligée….

Mais on constate une crise de confiance dans les institutions… Nous ne sommes pas épargnés par ce mouvement. Ce qui a fonctionné et bien fonctionné s’explique par le contexte d’hier (monopole de l’école, institutions fortes, modalités verticales-descendantes du jeu politique et primat de la logique représentative, investissement militant des bénévoles et parfois des professionnels…). Cela ne fonctionne plus et ne peut plus fonctionner.

Il nous faut donc

– mettre en avant notre projet associatif, sa spécificité, notre identité (une identité se réinventant sans cesse), en devenir « les ambassadeurs ».

– non pas nous mettre au service de la commande publique, mais participer autant qu’il se peut à son élaboration d’une part, et d’autre part, y répondre parce qu’elle rencontre notre projet, parfois la discuter pour l’infléchir. Les dispositifs sont des outils au service de notre projet ou d’un projet plus vaste dans lequel nous nous inscrivons. « Ne nous laissons pas instrumentaliser par les dispositifs, instrumentalisons les dispositifs ! »

– prendre en compte les nouvelles formes de socialisation et de mobilisation.

– nous appuyer sur les opportunités de désir d’action des collectifs ou personnes rencontrées.

– oser l’expérimentation.

– nous inscrire partout où c’est possible dans des projets politiques partenariaux.

– prendre part dans le débat public sous des formes plus variées, moins instituées, et plus critiques.

– nous saisir à l’interne des débats qui traversent la société ou sur lesquels la confédération prend position.

 

S’inscrire au cœur des dynamiques de territoires

La lutte pour la transformation sociale et politique se joue au niveau national mais aussi local.

Nous sommes un acteur du territoire du Cher, nous sommes un acteur des territoires du Cher, dans leur hétérogénéité, avec leurs problématiques spécifiques.

Les territoires sont les lieux

– de l’analyse et des réponses aux besoins des territoires eux-mêmes, des habitants, des citoyens,

– de l’élaboration démocratique,

– du projet collectif du développement territorial,

– de la mise en cohérence de l’action publique et de la lutte contre les exclusions….

La plus-value du développement local, c’est d’être transversal, de mobiliser le social, l’économique, le culturel, le politique…, de mettre au travail l’ensemble des acteurs locaux, de favoriser le pouvoir d’agir de tous… Du même coup, c’est par le territoire que nous, fédération et services, pourrons penser la transversalité et la globalité de notre intervention et de notre projet politique. C’est par le territoire que nous nous ferons connaître, que nous nous légitimerons, que nous serons un acteur du développement territorial.

Pour cela, notre intervention peut se déployer sous des formes diversifiées : être à l’initiative de projets, s’inscrire dans d’autres projets – comme acteurs de l’éducation populaire, de l’économie sociale et solidaire, du développement local -, en nouant des partenariats multiformes et adaptés avec d’autres associations, avec des élus, avec des entreprises lorsque c’est pertinent ; en saisissant le besoin des collectivités d’être accompagnées sur nombre de sujets… Ainsi, garants de l’intérêt général du fait de certaines de nos valeurs et des combats que nous voulons mener, nous contribuerons avec nos compétences et nos principes aux dynamiques locales.

 

Mettre en œuvre une autre gouvernance fédérale et une nouvelle dynamique fédérative

Les formes actuelles de notre fonctionnement ont montré leurs vertus, elles montrent aussi leurs limites.

Il nous faut, tout en nous appuyant sur le meilleur de nos acquis, nous renouveler, inventer, oser expérimenter et bien sûr évaluer.

A l’interne de la fédération 18,

– sortir de « la pensée en silo » par services : l’organigramme existant est au service du projet global de la fédération. L’activité des salariés et des administrateurs prend sens dans cette perspective. Pour cela, il y a nécessité de :

° soutenir le sentiment d’appartenance de tous à la Ligue, se situer dans ses valeurs, son histoire, son projet.

° formaliser l’idée d’une équipe de direction (délégué général et responsables de services) pour un développement programmatique global.

– inventer de nouvelles modalités de travail salariés-élus.

– rechercher des formes diversifiées d’implication des administrateurs.

Avec les associations du territoire

La Ligue comme fédération est touchée par le phénomène général de désaffection des formes associatives fédératives (baisse des adhésions, réduction à une société de services).

D’où la nécessité que tous :

– nous connaissions et prenions en compte la diversité des associations affiliées pour enrichir notre projet et créer une dynamique fédérative

– nous cherchions à créer d’autres modes de rapports (le réseau, la mutualisation, le partenariat sur projet…) ; à être présent sur des territoires, seul ou avec les autres, en leader, en accompagnateur, en partenaire.

C’est par notre capacité à jouer cette partition que nous pourrons nous affirmer comme pôle de mutualisation, dans une société qui aujourd’hui ne peut être que « multipolaire ».

La ligue de l’enseignement

Mouvement laïque d’éducation populaire, la Ligue de l’enseignement propose des activités éducatives, culturelles, sportives et de loisirs. Elle regroupe, à travers 103 fédérations départementales, près de 30 000 associations locales présentes dans 24 000 communes et représentant 1,6 million d’adhérents.

4 champs d’actions

L’éducation et la formation :
La Ligue de l’enseignement accompagne les acteurs éducatifs, les enseignants, les familles, les formateurs et les animateurs, les élus et agents des collectivités locales, pour que ce droit profite réellement à tous et tout au long de la vie.

La culture :
Par un réseau dense de diffusion culturelle, la Ligue de l’enseignement s’adresse à des publics divers, à commencer par les enfants et les jeunes, en mobilisant les trois leviers de l’éducation artistique et culturelle : la fréquentation des œuvres, la rencontre avec les artistes et les pratiques artistiques.
Tous les arts sont concernés (cinéma, spectacle vivant, musique, etc.). La Ligue de l’enseignement est particulièrement attentive à développer le goût de la lecture et à contribuer à la démocratisation de la culture numérique.

Les vacances et loisirs éducatifs :
Premier organisateur de colonies de vacances, avec Vacances pour tous, la Ligue de l’enseignement plaide pour la démocratisation de cette expérience hors du cadre familial, propice à l’approfondissement d’une passion, à l’exploration de nouveaux centres d’intérêt et à l’apprentissage du « vivre ensemble ».
La Ligue de l’enseignement favorise la mobilité des jeunes en accompagnant également leurs projets d’engagement et de solidarité en Europe ou à l’international.

Le sport pour tous :
À travers la fédération sportive scolaire du premier degré, l’Usep,  et la première fédération multisports affinitaire de France, l’Ufolep,  la Ligue de l’enseignement propose des activités sportives adaptées à chaque âge de la vie et veut promouvoir des pratiques qui répondent aux besoins sociaux tels que l’éducation, l’insertion sociale, le handicap et la santé.

Un engagement militant

Pour les 500.000 bénévoles et 18.000 volontaires en service civique, s’engager à la Ligue c’est :

  • faire le choix d’une planète vivable, de sociétés ouvertes, généreuses et responsables ;
  • apprendre par et avec les autres, faire vivre la convivialité et la fraternité ;
  • construire de la solidarité et agir contre les inégalités ;
  • prendre sa part d’une démocratie qui implique tous ses citoyens ;
  • créer un lien entre des actes à la mesure de chacun et des combats à l’échelle de l’humanité.

Pour résumer, la Ligue de l’enseignement c’est avant tout :

  • Une Fédération
  • Une entreprise de l’Économie Social et Solidaire
  • Un mouvement complémentaire de l’école

Télécharger la plaquette

Histoire de la Ligue de l’enseignement

Découvrez les 150 ans d’histoire de la Ligue de l’enseignement autour de ces 3 vidéos présentées par Pierre Tournemire, membre actif sur le secteur laïcité de la Ligue de l’enseignement.

De 1866 à 1918

De 1918 à 1966

De 1966 à nos jours